mercredi 25 mars 2015

Zarra - Carole Fives - Ecole des Loisirs

Lorsque je dis que ce sont les romans qui me choisissent… J’ai ouvert ce roman et les souvenirs sont remontés à la surface… Lorsque j’étais enfant, j’avais une meilleure amie. Elle m’invitait peu mais lorsqu’elle m’invitait, les volets de sa maison étaient fermés, la pénombre régnait, il fallait chuchoter et ne pas faire de bruit parce que :
- « Ma mère se repose ! »

Evidement, on ne pose pas de question à cet âge – là mais on a l’impression que la mère de la copine doit être drôlement crevée pour toujours la croiser dans cet état. Surtout qu’à l’occasion, elle a comme un réveil subit et se met à crier sur tout le monde… Je me dis qu’à cette époque, j’aurais bien aimé lire « Zarra » de Carole Fives, sans doute, j’aurais compris qu’il existait une raison à ce comportement étrange : une maladie appelée la maniaco – dépression. Le fait de reconnaître, d’expliquer et de comprendre aurait permis de relativiser (pour moi) et de déculpabiliser (pour la copine). L’histoire se termine pour « Zarra » par un souffle et une petite lueur d’espoir. En tous les cas, on met un nom sur les réactions bizarres que peuvent avoir un papa ou une maman. C’est déjà ça !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire